Est-ce qu’il y aura suffisamment de bouchers, de boulangers, de poissonniers, dans les années à venir ?

Nathalie GOMEZ

Directrice du CFA des Métiers de la Viande

Oui, parce qu’aujourd’hui, nous assistons à une hausse de la demande en termes de formation. Le métier de boucher nécessite un savoir-faire reconnu. A la rentrée 2015, nous avons connu une augmentation de 18% de nos effectifs, alors que l’ensemble des autres filières de formation sont plutôt à la baisse en région Ile-de-France.

Un autre regard sur le métier de boucher s’est développé de la part des familles qui peuvent, désormais, pousser leurs enfants vers cette profession. Mais cet engouement tend à ralentir. Ce qui manque aujourd’hui, c’est une plus grande visibilité des métiers d’artisan au sein des politiques de l’éducation nationale. Nous essayons de rentrer dans les collèges, les lycées… mais ce n’est pas toujours simple.

avenir métiers de bouche

Il reste difficile d’obtenir de l’information sur ces métiers. C’est un élément à déplorer.

Bruno Gauvain

Poissonnier/écailler

En termes de nombre de points de vente, il y en a suffisamment pour couvrir l’Hexagone. Cependant, certaines régions en sont moins bien pourvues car éloignées du littoral ou n’ayant pas une véritable culture du poisson.
Certaines villes manquent de poissonneries en boutique et sont prêtes à favoriser leurs installations.

avenir métiers de bouche

Marine MATEOS

Chef de partie pâtisserie, Le Burgundy

Le secteur de la pâtisserie connaît une attraction forte aujourd’hui. Il y a beaucoup d’émissions culinaires, ou du type Top Chef, qui montrent la pâtisserie et ne reflètent pas forcément la réalité du métier. Au final, cela entraîne un effet de mode qui fait qu’on a ponctuellement trop de pâtissiers par rapport à la demande.

POUR ALLER PLUS LOIN...