Notre avenir en Bio

Parce que le bio est en pleine croissance, s’ancre dans le quotidien des français et s’affiche aujourd’hui comme un label de qualité. Entre engagement politique, volonté de s’alimenter sainement et alternative à l’agriculture intensive, il est primordial de s’interroger sur les spécificités du bio, sur ses vertus pour la santé et sur son accessibilité. Enfin, on peut se demander si l’agriculture biologique est envisageable à grande échelle.

Pourquoi peut-on parler d’un avenir en bio ?

Parce que le bio est en pleine croissance, s’ancre dans le quotidien des français et s’affiche aujourd’hui comme un label de qualité. Entre engagement politique, volonté de s’alimenter sainement et alternative à l’agriculture intensive, il est primordial de s’interroger sur les spécificités du bio, sur ses vertus pour la santé et sur son accessibilité. Enfin, on peut se demander si un avenir en bio est envisageable à grande échelle.

L’agriculture biologique démarre en France dans les années 1930 avec la première filière bio lancée par Raoul Lemaire. En 1970, elle fait son apparition au Salon de l’agriculture avant de gagner la reconnaissance du public dans les années 1980 avec l’apparition du logo AB. Depuis bientôt une dizaine d’année, on constate une variété et une hausse de l’offre des produits bio dans les grandes surfaces.

La France compte en 2014 1,2 millions d’hectares engagés dans l’agriculture biologique, soit une augmentation de 5,4 % par rapport à l’année 20131. Notre pays se positionne ainsi à la 3ème place de surface agricole bio d’Europe après l’Italie et l’Espagne et devant l’Allemagne. La production reste inégalement répartie en France avec des régions plus engagées que d’autres. Elle se concentre majoritairement dans les Midi-Pyrénées, Pays de la Loire, Rhône Alpes, et PACA.

Cette hausse de production correspond à des changements des modes de consommation des Français, qui favorisent les produits bios par souci de santé et de respect de l’environnement. De plus, de nombreux médecins, nutritionnistes, scientifiques, et chercheurs prônent les vertus d’une alimentation et d’un avenir en bio. Ce mode de production permet de s’inscrire dans une démarche de développement durable en limitant l’usage des pesticides et des OGM. Les seuls engrais utilisés sont des engrais organiques, utilisés en faible quantité.

1 Agence Bio

Les intervenants :

  • Charles-Antoine Schwerer, Economiste chez Asterès
  • Maxime de Rostolan, Association Fermes d’Avenir
  • Jean-Michel Lecerf, Nutritionniste
  • Denis Corpet, Professeur en hygiène des aliments, ancien chercheur à l’INRA
  • Pierrick Bourgault, Ingénieur agronome
  • Jean-Luc Rabanel, Premier chef étoilé bio

Les questions :

  • Comment se porte le secteur du bio en France ?
  • Pourquoi les gens consomment du bio ?
  • Le bio est-il un produit de luxe ou un produit du quotidien pour la majorité des français ?
  • Les produits bio sont-ils de meilleure qualité ? Sont-ils meilleurs pour la santé ?
  • Est-il préférable de manger bio ou local ?
  • Le bio à grande échelle est-il possible ? Est-il souhaitable ?

Enquête BIO_V4

ESC_INFOG8_BIO


POUR ALLER PLUS LOIN...