Économie & société

Quel rôle joue les associations dans le quotidien des Français ?

Les associations d’éducation populaire

sophie-charpentier

Sophie Charpentier

Chargée de Communication à la Maison Populaire

« Une association culturelle permet à chacun de s’épanouir et de trouver une place dans la société. »

03-bouton-toggle

Une association culturelle invite à penser ensemble ces actions de manière transversale et dans un perpétuel mouvement d’idées. Elles favorisent l’accès à la culture et aux loisirs de toute la population invitée à être acteur dans le processus même de ces actions. Une association culturelle permet à chacun de s’épanouir et de trouver une place dans la société.
La Maison populaire vise à l’amélioration du système social, en militant plus largement pour le développement individuel des personnes et le développement social communautaire. Elle accueille chaque saison plus de 2 300 adhérents, qui participent à la centaine d’ateliers d’expressions (musique, gymnastique, informatique, langues…) développés en direction des adultes et des enfants. Elle encourage ces pratiques amateurs tout au long de l’année, tout en créant la rencontre avec les artistes professionnels en résidence.

Les associations sociales et humanitaire

Hélène Back, Directrice Administrative et financière

Hélène Beck

Directrice administration-finances du Secours catholique

« L’associatif c’est vivre ensemble non seulement dans les causes défendues, mais dans la façon dont on les défend. »

03-bouton-toggle

Au-delà de son impact économique, le secteur associatif a un impact social majeur. Les associations ont un rôle d’intérêt général et se définissent pas leur capacité à mener une gestion désintéressée et d’être pilotée par une gouvernance bénévole ce qui les démarque fortement du secteur marchand. L’associatif c’est aussi une qualité d’attention aux autres, une capacité de rencontre, une mixité de classes sociales, de religion qui se retrouvent dans des engagements communs.
L’associatif c’est vivre ensemble non seulement dans les causes défendues, mais dans la façon dont on les défend : ensemble quel que soit son orientation politique, sexuelle, religieuse. C’est choisir de donner un bout de soi pour une cause qui nous dépasse. C’est prendre le risque joyeux de la rencontre, de la découverte de soi et des autres. Ce n’est pas quantifiable.
Dans un pays où les mauvaises nouvelles sont légions, il est aussi bon de se rappeler que 16 millions de français sont engagés dans le milieu associatif et choisissent donc de donner du temps, de l’argent, des biens à des causes qui les dépassent, qui les grandissent. Le rôle des associations c’est de contribuer concrètement à la cohésion sociale. Par des actions de terrain mais aussi par des actions de plaidoyer pour faire entendre la voix des plus fragiles et sensibiliser à leurs causes.

Les associations caritatives

Jacques_Bailet

Jacques Bailet

Président du réseau des Banques Alimentaires

« Les banques alimentaires sauvent de la destruction 63 000 tonnes de produits chaque année. »

03-bouton-toggle

Depuis 1984, les Banques Alimentaires en France luttent contre le gaspillage et la précarité alimentaires. Les 79 Banques Alimentaires et 23 antennes collectent des denrées alimentaires auprès de la grande distribution, des agriculteurs et de l’industrie agroalimentaire pour les distribuer aux personnes en situation de précarité via un réseau de 5300 associations et Centre Communaux d’Actions Sociale. Elles sauvent ainsi de la destruction 63 000 tonnes de produits chaque année auxquels viennent s’ajouter des aides de l’Etat et de l’Union Européenne et les collectes de denrées alimentaires faites auprès du grand public. Elles agissent avec le soutien de 5200 bénévoles et soutiennent 1.850.000 personnes grâce à la distribution de 200 millions de repas chaque année.
Notre slogan « Aider l’homme à se restaurer » prend tout son sens lorsque l’on voit le travail fournit tous les jours de l’année par nos bénévoles et nos salariés. Les Banques Alimentaires c’est la réunion de la compétence et du cœur.

Les associations Santé

Jacqueline_Godet

Jacqueline Godet

Présidente de la Ligue contre le Cancer

« La ligue contre le Cancer est financée presque totalement par la générosité du public. »

03-bouton-toggle

La Ligue contre le cancer, association reconnue d’utilité publique, de type Loi 1901, apolitique, non confessionnelle, totalement indépendante, est le premier financeur privé de la recherche contre le cancer en France, la première association d’aide et d’accompagnement des personnes malades, la première association de patients et un acteur majeur de promotion des dépistages et d’actions de prévention visant à protéger les personnes les plus vulnérables face aux risques de cancer.
La Ligue mène des actions de plaidoyers parce que le cancer est aussi « un fléau social. » S’appuyant sur près de 13.000 bénévoles réguliers et 640 000 adhérents, implantée partout en France métropolitaine et en Outre-mer, elle est financée presque totalement par la générosité du public.
Ce combat nécessite la mobilisation du plus grand nombre et bien entendu, de la générosité du public ou des grands acteurs économiques comme les entreprises, ce que font par exemple, les magasins E. Leclerc en soutenant un programme de recherche et d’action spécialement dédié aux enfants, adolescents et jeunes adultes confrontés au cancer. L’intérêt de cette alliance entre la Ligue et le groupe E.Leclerc réside notamment dans le soutien financier, évidemment, fidèle et durable mais aussi dans la sensibilisation des clients des magasins, l’appropriation de la cause défendue par les adhérents et salariés du groupe E.Leclerc et par les rencontres ainsi créées localement entre le Comité de la Ligue d’un territoire et les magasins de ce même territoire : cette rencontre augure d’autres actions et permet de changer en profondeur, sur le plan très local, la lutte contre le cancer qui devient ainsi, une lutte collective.

Les associations culture

SONY DSC

Etienne Bernard

Président de d.c.a / association française de développement des centres d’art contemporain

« Les centres d’art contemporain ont à cœur de faire vivre la création contemporaine au cœur même des territoires. »

03-bouton-toggle

Héritiers des politiques de décentralisation culturelle, les centres d’art contemporain ont à cœur de faire vivre la création contemporaine au cœur même des territoires. Ce sont des lieux d’exposition et de production d’œuvres, qui entretiennent des liens privilégiés avec l’expérimentation et la recherche artistique. Ils visent à accueillir les publics les plus larges afin de permettre la meilleure rencontre possible avec les œuvres exposées.
d.c.a a pour objectif de contribuer au rayonnement de la scène artistique française et à la visibilité de l’action spécifique des centres d’art contemporain. Les 49 centres fédérés par d.c.a. sont ainsi implantés aussi bien en zone urbaine qu’en zone péri-urbaine ou rurale, et sont présents dans 11 des 13 régions françaises, assurant par-là même un maillage de notre territoire national. Ils ont accueillis en 2015 environ 1,6 millions de visiteurs parmi lesquels environ 200 000 scolaires.

POUR ALLER PLUS LOIN...