Consommation

E.Leclerc à l’heure du digital

E.Leclerc à l’heure du digital

Comment concilier la culture d’indépendance et le fort ancrage local de l’enseigne E.Leclerc avec la culture globale et centralisée du digital ? Guillaume Roman, responsable du développement digital, nous explique comment E.Leclerc a abordé sa transformation digitale.

Guillaume Roman

Guillaume Roman

Responsable du développement digital E.Leclerc et propriétaire du magasin E.Leclerc de Valréas

« Le digital est un complément au réseau physique. »

03-bouton-toggle

Quel regard porte E.Leclerc sur l’émergence du digital dans la distribution ?

L’émergence et le développement du e-commerce sont à la fois un challenge et une opportunité pour nous. Un challenge car cela nécessite une mutation interne, le digital amenant des évolutions structurelles dans nos outils ou nos organisations mais aussi dans notre culture d’indépendant. Cependant le challenge fait partie intégrante de l’ADN E.Leclerc ! Et puis cette émergence digitale est surtout une formidable opportunité de développer nos activités actuelles mais aussi d’accéder à de nouveaux marchés ou de nouveaux modes de distribution ou encore tisser une dimension supplémentaire dans notre relation client. Ce que nous avons réalisé avec le drive est un modèle de ce que nous sommes capables de faire en se mettant à l’heure du digital. Nous l’avons développé plus vite et plus fortement que tous nos concurrents.

Comment E. Leclerc s’est-il mis à l’heure du digital ? Avec quels résultats ?

Nous avons avancé marche par marche. D’abord avec le portail E.Leclerc puis en travaillant sur des applications de service comme « Qui est le moins cher ? ». Enfin, nous avons pris le parti de développer de véritables unités de e-commerce dans certains domaines : le drive, le voyage, l’optique… Naturellement, le drive est notre locomotive e-commerce et il nous permet aujourd’hui d’être le 24ème acteur du e-commerce mondial en terme de chiffre d’affaire, avec plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel.

Qu’apporte le digital aujourd’hui à E.Leclerc ?

Du business évidemment ! La majorité de notre activité est en magasin mais le digital, c’est aujourd’hui près de 7% du chiffre d’affaire de l’enseigne et cette part va encore croitre dans les années à venir ! Notre approche est très pragmatique, cela nous conforte dans l’idée qu’aucune porte ne doit être fermée, que les possibilités de développement sont innombrables. L’exemple parfait est ce que nous avons fait avec l’Optique E.Leclerc. Nous touchons de nouveaux secteurs, de nouveaux clients, de nouveaux marchés et cela nous offre aussi l’opportunité de renforcer notre image de modernité.

Comment le digital peut se mettre au service de la proximité et du local ?

On touche là au fondement même de notre enseigne, notre lien avec nos clients et avec nos fournisseurs. Nous sommes locaux par essence et cela rentre dans notre développement digital. Le drive ouvre par exemple de nouveaux débouchés à nos fournisseurs locaux. Nous sommes en capacité de compléter la relation digitale par une relation client existante, forte et humaine. C’est justement ce que des pure players peinent terriblement à développer.

Quels sont les nouveaux usages digitaux qui intéressent Leclerc aujourd’hui ? Comment envisage-t-on de les adresser dans un futur proche ?

Tout d’abord, il est important de mettre chaque chose à sa place. Notre réseau physique reste au cœur de notre activité et c’est à partir de ça que nous pensons notre développement digital. Les outils digitaux doivent nous permettre de répondre aux attentes des consommateurs en étant complémentaire de notre réseau physique. Ils doivent nous permettre de continuer à tisser des liens avec nos clients. Par ailleurs, les outils digitaux changent les modes de consommation et nous devons y être attentifs. C’est pourquoi nous menons des réflexions sur les usages, les supports et les techniques commerciales. Parmi ces nouveaux usages celui du M-commerce, le paiement via Smartphone retiennent évidemment toute notre attention.

Pour aller plus loin

La question des perspectives de l’enseigne E.Leclerc dans le domaine du digital est également abordée régulièrement par le blog de Michel-Edouard Leclerc :

POUR ALLER PLUS LOIN...