Culture

E.Leclerc et le soutien à la culture

E. LECLERC ET LE SOUTIEN À LA CULTURE

Au-delà de l’engagement pour l’accès à la culture sur tout le territoire, concrétisé par les Espaces Culturels, et des initiatives très visibles comme le Prix de Landernau et le Fonds Hélène et Edouard Leclerc pour la culture, les adhérents E. Leclerc s’investissent au quotidien dans le développement de l’offre culturelle locale.

Hugo Bélit

Hugo Bélit

Adhérent responsable des espaces culturels E. Leclerc

« Beaucoup d’adhérents se sont lancés dans l’aventure des Espaces culturels avec la volonté d’être un acteur de l’animation culturelle au niveau local. »

03-bouton-toggle

Quel est le regard des adhérents E.Leclerc sur le développement de l’activité culturelle au niveau local ? Quel est leur engagement ?

A l’origine de l’aventure des Espaces culturels E. Leclerc il y avait cette idée de mettre la culture sur le trajet des courses quotidiennes, c’est à dire là où on ne l’attendait pas forcément. Cela s’est traduit localement dès les années 70-80 dans des villes comme Tarbes et Pau par, à la fois créer des espaces de ventes spécialisés avec des libraires et des vendeurs spécialisés et non uniquement des rayonnages, mais aussi par un engagement en faveur de l’animation culturelle locale. L’exemple emblématique étant Le parvis, devenue scène nationale Tarbes-Pyrénées. Cette idée a essaimée à tous les niveaux et beaucoup d’adhérents se sont lancés dans l’aventure des Espaces culturels avec la volonté d’être un acteur de l’animation culturelle au niveau local. Certains ont créé des salles pour accueillir des auteurs, des musiciens, des expositions. D’autres sont devenus naturellement partenaires de beaucoup de manifestations comme La folle journée de Nantes ou Les vieilles charrues en Bretagne.

Comment se matérialise leur soutien ? Quels rôles jouent les Espace Culturel au niveau local ?

Cet engagement peut être matériel, financier ou en co-organisation dans certains cas comme des tremplins musicaux qui existent à Lagord ou Tourlaville. Comme Le prix des ados de Deauville tourné vers la jeunesse avec les Espaces culturels de Normandie qui réunit plus de 400 jeunes autour du livre. Ou bien encore dans l’animation hebdomadaire de débats littéraires comme à Saint-Médard-en-Jalles ou Blois. Les espaces culturels deviennent alors prescripteurs de culture et certains lieux sont emblématiques pour beaucoup d’artistes comme la scène de musique actuelle de Niort.

Quels sont les critères pour soutenir un événement, ou une institution ?

Il s’agit d’un véritable engagement individuel qui réunit la conviction d’un adhérent et le besoin concret de financement ou de soutien. Il n’y a pas de limite sinon le partage autour de la culture. Pour les centres E. Leclerc, ce type d’engagement local existe aussi sous d’autres formes avec les producteurs locaux ou les clubs sportifs.

Financer et soutenir le dynamisme culturel local est-il un geste « civique » ou un investissement rentable avec des retombées attendus ?

Cela participe incontestablement de la volonté de rendre à la population concernée localement ce qu’elle a pu donner à la réussite des Centres E. Leclerc et des Espaces culturels. Au-delà, l’animation de lieux de vente comme les Espaces culturels est reliée au besoin de partager des choix d’auteurs, d’artistes et de permettre la rencontre du « live » qui bénéficie toujours d’une aura supplémentaire aux simples supports enregistrés. L’approche économique est à plus long terme sur l’image de lieux qui deviennent ainsi incontournables voire la référence en matière de culture dans les villes où ils sont implantés.

POUR ALLER PLUS LOIN...