Culture

La BD au doigt et à l’œil

La bande dessinée représente 16% de nos achats de livres numériques, contre environ 10% du marché physique.

Pourquoi on en parle

Parce que demain sera remis le prix de la BD de Landerneau.

Pourquoi ça me concerne

Parce que si la BD est plutôt surreprésentée dans le domaine des ebooks, cela ne pèse jamais que 2% de son marché total. Pourtant la BD se prête bien à la lecture numérique qui offre des possibilités différentes (lecture case par case, zoom, etc). D’ailleurs, les marchés japonais et dans une moindre mesure américain ont déjà sauté le pas. Pour l’heure, la BD numérique française connaît les mêmes dilemme que le marché de la musique il y a quelques années, hésitant entre une offre illimitée par abonnement de type streaming (proposée par exemple par Izneo) ou de la vente classique par album. Enfin le nombre important de plateformes de téléchargement  mériterait d’être rationalisé.

L’info en plus

Au-delà de l’adaptation des BD papiers en numérique, il ne faut pas oublier qu’internet foisonne de blogs d’auteurs proposant gratuitement des planches rebondissant sur l’air du temps. Ils auront révélé de nombreux nouveaux talents,  comme par exemple Pénélope Bagieu.

Crédit photo : NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP

Le chiffre clé

16%

de nos achats d’ebooks sont des bandes dessinées

Source : SNE

Le verbatim

Le numérique apporte un nouveau format qui n’est plus une page mais un écran. Et en laissant de coté les gadgeteries du zoom et du son, on a des choses très simples et narrativement très intéressantes qui surgissent.

Balak, dessinateur

Sur le même sujet…