Culture

La consommation de biens culturels en France

En une quinzaine d’années, le digital a bouleversé notre consommation de biens culturels, tant au niveau des supports que des canaux de distribution. Et initié un paradoxe : jamais nous n’avons autant consommé de culture au moment où les secteurs de la musique, de l’édition et de la vidéo connaissent à des degrés divers une crise économique.

En 1999, Napster fait découvrir au monde le peer-to-peer et transforme l’échange de MP3 en un phénomène global.  En 2000, le site Amazon.com étend ses activités de ventes en ligne de biens culturels à la France. Ces deux événements qui pouvaient à l’époque apparaître anecdotiques sont pourtant le point initial d’un bouleversement dans la consommation des biens culturels. L’industrie musicale a failli être emportée par sa difficulté à tirer un trait sur un modèle économique qui l’avait considérablement enrichie dans les deux décennies précédentes et par le manque à gagner engendré par le piratage. Pourtant la musique est partout, plus nomade que jamais,  et les salles de concerts sont pleines. Les salles de cinémas sont également pleines, mais les ventes de DVD et de Blu Ray s’écroulent. Et l’arrivée de nouveaux acteurs comme Netflix dans le domaine de la Video On Demand promet de rebattre les cartes. Le monde de l’édition a pu paraître épargné mais son chiffre d’affaire s’érode, son réseau de distribution souffre face à la vente en ligne et personne ne semble savoir comment appréhender le livre numérique. Pourtant la consommation se porte bien : la part de Français ayant acheté au moins un bien culturel physique au cours des 12 derniers mois est stable à 93%, celle des Français ayant acquis au moins un bien culturel digital au cours de l’année écoulée progresse de 9 points à 67% de la population (étude Rec+ GFK). Mais aucune des trois industries culturelles majeures ne semble avoir à ce jour trouvé un modèle économique complètement pérenne à l’heure du digital. Et rare sont aujourd’hui ses acteurs qui peuvent envisager le futur en toute sérénité.

POUR ALLER PLUS LOIN...