Économie & société

Made In France

Depuis deux ans, porté notamment par le volontarisme d’Arnaud Montebourg, le Made in France s’affiche dans tous les médias et se fraye un chemin jusque dans nos rayons. Mais quelle est sa place dans une production mondialisée ? Et comment distinguer la part de véritable politique économique de la part de stratégie marketing ?

Qu'est-ce que le made in France

Octobre 2012. Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif, apparaît à la une d’un grand hebdomadaire français, fier de porter vêtements et accessoires de fabrication française.

 

image-01

 Crédit photo : AFP / THOMAS COEX

Cet encouragement à la consommation de produits « Made in France » fait du bruit mais n’est pourtant pas une première. On peut citer deux précédents historiques :

  • Entre 1977 et 1988, dans un contexte de désindustrialisation, le Parti Communiste fait du « Fabriquons français » un de ses slogans phare, largement utilisé par Georges Marchais durant la présidentielle de 1981
  • En 1993, tous les Français découvrent les vertus de l’achat local avec la campagne télévisée « Nos emplettes sont nos emplois » des Chambres de Commerce et d’Industrie

Les produits d’origine française se retrouvent donc une fois de plus sous le feu des projecteurs. Ce qui a changé ? L’information au consommateur. Plus organisée, plus lisible, elle tente aujourd’hui de le guider efficacement vers ce qui est bien français.

 

Pour bien comprendre le cadre dans lequel la mention Made in France et les autres labels de ce type sont utilisés, un point sur la réglementation est utile.

En la matière, elle est relativement simple : en France, aucun marquage du pays d’origine n’est obligatoire sur ce qui est fabriqué au sein de l’Union Européenne, ou importé comme l’indique la Direction générale des douanes et droits indirects 1.

Concrètement, si l’on affiche un Made in China sur un téléviseur venant d’Asie, c’est par habitude et non par obligation légale. Seuls certains produits, comme la viande, ceux issus de la mer ou les fruits et légumes sont soumis à un marquage obligatoire. Une mesure qui vise à assurer la protection des consommateurs.

En résumé, à quelques exceptions près, les fabricants sont libres d’informer, ou non, sur le ou les pays dans lesquels ont été fabriqués leurs produits !

Made in germany

Les bases du concept « Made in » ont été jetées au 19ème siècle, de l’autre côté de la Manche. à l’époque, les Britanniques décident de favoriser leurs produits nationaux en stigmatisant tous ceux fabriqués ailleurs que sur le sol de Grande-Bretagne. Le gouvernement britannique décide alors de commencer avec les produits Made in Germany. Cette mesure relevait alors plus du protectionnisme économique que d’un besoin de traçabilité…

Crédit photo : DPA/AFP PATRICK SEEGER

Alors, qui sont ces fabricants qui affichent Made in France ? Si l’on exclut ceux qui y sont contraints, restent ceux qui estiment que la mention constitue un élément de rassurance, voire un critère d’achat pour leurs clients.

 

Laine Merinos

 Crédit photo : AFP / MYCHELE DANIAU

Pour autant, n’est pas autorisé à utiliser l’étiquette Made in France qui veut ! Il faut pour cela respecter l’article 24 du Code des Douanes Communautaires 2, lequel précise que parmi les produits qui ont été assemblés ou transformés dans plusieurs pays, seuls sont éligibles au Made in France :

  • Les produits dont la dernière transformation ou ouvraison substantielle, c’est-à-dire ayant abouti à la création d’un produit nouveau – a été réalisée en France

Ou

  • Les produits dont 45% de la valeur-ajoutée à été réalisée en France. C’est à la Direction générale des douanes et droits indirects qui contrôle ce point. En effet, le marquage d’origine se fait au cas par cas pour chaque catégorie de produits.

 

  1. http://www.douane.gouv.fr/page.asp?id=302
  2. « Une marchandise dans la production de laquelle sont intervenus deux ou plusieurs pays, est originaire du pays ou a eu lieu la dernière transformation ou ouvraison substantielle, économiquement justifiée, effectuée dans une entreprise équipée à cet effet et ayant abouti à la fabrication d’un produit nouveau ou représentant un stade de fabrication important », article 24 du code des douanes communautaires.

 

Made in FranceOrigine France Garantie

En 2010, dans son rapport « En finir avec la mondialisation anonyme », le député Yves Jégo fait dix propositions pour promouvoir la Marque France sur notre territoire et à l’export.
Parmi elles, on trouve notamment la création d’un label volontaire qui apporterait plus de transparence au consommateur dans le marquage d’origine française.

C’est chose en faite en 2011. Le label Origine France Garantie, créé par l’association ProFrance, garantit l’origine française d’un produit grâce à deux critères cumulés :

      • L’obligation pour le produit de « prendre ses caractéristiques essentielles en France », ce qui signifie que production ou fabrication doivent être réalisées en France
      • L’obligation que 50% au moins du prix de revient unitaire du produit soit acquis en France

Le label se veut donc plus exigeant que le Made in France et affiche un double objectif : offrir plus de traçabilité aux consommateurs et valoriser les marques qui ont maintenu ou relocalisé leur production en France.

Des résultats à suivre…

Où en est-on aujourd’hui ? Près de trois ans après le lancement du label, plus de 1 000 gammes de produits ont été certifiées tous secteurs confondus, du linge de maison à la Toyota Yaris en passant par la cosmétique. Signe de l’intérêt commercial du label pour les marques, certains industriels comme Häagen Dazs ou le biscuitier BN ont revu leur process de fabrication pour pouvoir être labellisés !

Le label semble donc répondre à une réelle attente tant des consommateurs que des fabricants. Seul bémol selon les consommateurs : le nombre de produits certifiés reste encore trop faible. À suivre…

 

  • Made in France n’est ni un label ni une appellation, c’est un simple marquage de l’origine du produit et il est régi par le Code des Douanes
  •  Origine France Garantie est un label, financé par des fonds privés et décerné de manière indépendante par le Bureau Veritas.

 

FRANCE-POLITICS-BRAND-ECONOMY
Crédit photo : AFP / BERTRAND GUAY

Plus qu’un label ou une simple distinction, c’est l’image de l’Hexagone qui devient une stratégie de premier plan. Quatre ministres de Bercy, Nicole Bricq, Arnaud Montebourg, Sylvia Pinel et Fleur Pellerin ont ainsi sollicité une mission l’année dernière afin d’inscrire la Marque France dans une stratégie plus globale d’attractivité. De cette idée de s’inscrire dans un véritable « Nation branding », sont ressorties de nombreuses propositions, 22 au total. On peut citer à titre d’exemple « l’identification du récit économique de la France », « faire de la France le pays du design » ou bien encore « conforter, élargir et démocratiser le label Origine France garantie, créé suite à la mission Jégo en 2012 ».

Si Arnaud Montebourg, comme d’autres avant lui, s’est emparé du sujet Made in France, c’est qu’il représente un enjeu à la fois économique et social, et par conséquent politique.

Derrière l’étiquette, nos entreprises, nos emplois !

Enjeu économique, car encourager la consommation de produits d’origine française, c’est donner un coup de pouce à ces industriels, PME ou artisans qui font tourner notre économie et luttent parfois pour rester dans la course, mondialisation oblige.

Assez logiquement, le discours Made in France trouve donc une résonance encore plus forte en période de troubles économiques où chaque emploi sauvé, chaque délocalisation évitée ou chaque usine rapatriée est une bonne nouvelle !

Consommer français pour rassurer et se rassurer

Enjeu social, car les français eux-mêmes manifestent l’envie de consommer français, et cela pour deux bonnes raisons. L’envie de donner un sens à l’acte d’achat en est une.

En achetant français, ils sont solidaires et soutiennent l’économie nationale, c’est en tout cas ce qu’estiment 95% d’entre eux . Et c’est une tendance claire. En 2013, ils sont 77% à se déclarer prêt à payer plus cher pour acheter français, contre 72% en 2011*. Une envie qui peut aller jusqu’à décliner la démarche à l’échelle locale. Selon une étude Ipsos /Bienvenue à la ferme, «80% des consommateurs disent acheter désormais des produits locaux, et parmi eux, près de 4 personnes sur 10 déclarent le faire même souvent».
L’exigence croissante en termes de traçabilité est la seconde. Les crises sanitaires successives ont laissé des traces et émoussé la confiance des consommateurs. Toujours selon l’étude Ipsos / Bienvenue à la ferme, « un français sur deux estime ne plus savoir ce qu’il mange », tandis que « près de 8 Français sur 10 disent chercher plus qu’il y a 5 ans à connaître l’origine d’un produit alimentaire avant de l’acheter ». Dans l’alimentaire comme dans bien d’autres domaines, un produit français est un gage de qualité !

*Source Etude IFOP/Atol – Janvier 2013

Économique, social… donc politique

Défendre les intérêts des citoyens et encourager l’économie nationale est au cœur de la mission d’un gouvernement et plus généralement de la classe politique. Plus qu’un simple axe de communication, le Made in France est donc un véritable enjeu politique dans une période chahutée comme celle que connaît la France actuellement.

POUR ALLER PLUS LOIN...